Comment comparer et combiner des graphiques avec Excel 2007

Madame Trouvetout

Excel est l’outil parfait pour agrémenter un rapport ou un dossier de magnifiques graphiques. Mais le tableur propose plus de 70 différents types de graphiques, et au moins autant d’options de mise en forme ! Alors comment choisir ?

S’applique à
Microsoft Office Excel 2007

Consulter tous les articles de Madame Trouvetout


Cette chronique constitue le troisième article d’une série de cinq. Dans le premier article, je vous ai montré comment tirer le meilleur parti de la fonction de création de graphiques d’Excel. Dans le deuxième, je vous ai montré comment représenter les trois grandes catégories de données, en fonction de ce que vous vouliez montrer. Avec ce troisième article, maintenant, nous passerons au niveau supérieur en étudiant les comparaisons et agrégations de données. Puis nous passerons en revue quelques graphiques particuliers qu’il peut être intéressant de savoir construire avec Excel : la pyramide des âges et le diagramme ombrothermique. Enfin, dans la dernière chronique, nous terminerons cette série par quelques trucs et astuces utiles pour bien maîtriser les graphiques dans Excel !

Attachez vos ceintures, c’est parti !!

Représenter une comparaison de données

Il est très fréquent que l’on veuille montrer le résultat de la comparaison de certaines données à l’aide d’un graphique. Il est ainsi possible de comparer des évolutions ou des répartitions.

Je vous propose donc de reprendre notre cas d’école.

Le PDG de Mapetitentreprise souhaiterait maintenant comparer son chiffre d’affaire de 2007 et celui de 2008. Il a construit sous Excel les tableaux suivants :

À partir de ces chiffres, il souhaite comparer son chiffre d’affaire en 2007 et en 2008 :

  • Trimestre par trimestre
  • Produit par produit

Comparer des évolutions

Pour comparer des évolutions, il suffit de choisir le type de graphique que l’on aurait choisi pour représenter une tendance simple (une courbe, on un graphique en colonnes), puis de choisir :

  • Soit de juxtaposer les graphiques :

  • Soit de superposer les graphiques, grâce à l’histogramme groupé, éventuellement en utilisant une représentation en 3D :

Pour de telles données, le graphique en colonnes de format 3D semble un excellent choix, dans la mesure où il permet de comparer facilement l’évolution des chiffres d’affaires de 2007 et de 2008 trimestre par trimestre.

Notre PDG peut bien sûr procéder de même pour montrer l’évolution de son chiffre d’affaire en fonction des produits qu’il vend, et utiliser pour ce faire le même type de représentation graphique (histogramme groupé, éventuellement en 3D, éventuellement en cylindre, en cône, ou en pyramide :

Comparer des répartitions

Pour comparer des répartitions, il est possible, bien sûr, de juxtaposer deux (ou plus de deux) graphiques en secteurs. Notre PDG peut ainsi reprendre les données précédentes et montrer maintenant l’évolution de la répartition de son chiffre d’affaire, trimestre par trimestre, entre 2007 et 2008, ou de la répartition par produit, entre les deux mêmes années :

Comme toujours, il est également possible d’utiliser une vue en « 3D » pour donner du relief à la représentation graphique, à condition que cela ne nuise pas à la lisibilité de l’ensemble.

Cette méthode, assez visuelle, convient bien quand il y a peu de catégories. Elle ne permet cependant pas une grande précision de la comparaison.

Combiner les comparaisons

Pour améliorer la visualisation de la comparaison et comparer à la fois une évolution en valeur absolue et en fonction de catégories données, on peut utiliser un graphique en colonnes de type histogramme empilé :

Et bien sûr, si on préfère insister sur le rapport entre chacune des catégories au tout formé par chaque série, sans plus de référence au total de chaque série, on peut utiliser un histogramme empilé 100% :

Il est possible d’insister plus sur l’évolution (tout en montrant la répartition entre les différentes catégories) en utilisant les graphiques en aires empilées :

Selon le même principe que précédemment, un graphique en aires empilées 100% permettra de visualiser les mêmes données, mais en pourcentages et sans référence à un montant total :

Combiner, composer et agréger

Il arrive parfois qu’on veuille montrer, sur le même graphique, deux (ou plus) séries de données de nature différente.

Dans ce cas, il faut utiliser au minimum deux axes verticaux différents (avec une légende très claire de manière à éviter la confusion). L’axe horizontal doit en revanche être commun aux deux séries de données, de manière à permettre une comparaison aisée.

Le plus souvent on utilise également deux types différents de représentation graphique, que l’on combine.

Composer des données de la sorte est extrêmement fréquent. Ainsi, un graphique ombrothermique (dont on verra le détail dans la prochaine chronique) est-il la combinaison des courbes de températures moyennes mensuelles et de l’histogramme des précipitations moyennes mensuelles en un lieu donné (ici, Montpellier) :

Mais revenons à notre PDG. En étudiant un peu ses chiffres, il se dit qu’il aimerait bien combiner, dans un même graphique :

  • Son CA mensuel sur les deux années pour lesquelles il dispose de chiffre
  • La part en pourcentage des produits qu’il vend

Son objectif, avec cette combinaison de données est de visualiser au mieux comment les différents produits qu’il vend contribuent à son chiffre d’affaire mensuel. Il prépare donc le tableau suivant :

En sélectionnant les quatre premières colonnes, il lui est aisé de réaliser un graphique en courbes superposées montrant l’évolution comparées de la part de chacun de ses produits au cours des deux années. L’aperçu apparaît aussitôt :

Pour compléter son tableau, il lui suffit d’ajouter le CA mensuel. Cependant, ces données n’étant pas de même nature, elles pourront partager l’axe des abscisses (l’axe horizontal sur lequel on porte les dates), mais pas celui des ordonnées.

Il faut cependant commencer par ajouter une série de données qui, par défaut, partagera les mêmes caractéristiques que les courbes déjà tracées.

Dans l’onglet Création (menu contextuel Outils de graphique), choisir Sélectionner des données dans le groupe Données :

Cliquer sur Ajouter pour ajouter une série.

Sélectionner le Nom de la série, puis les Valeurs de la série en sélectionnant dans le tableau les données désirées :

Les nouvelles données s’affichent dans la boîte de dialogue Sélectionner la source de données :

Il ne reste plus qu’à appuyer sur OK pour constater qu’une nouvelle série est bien apparue sur l’aperçu du graphique, mais sa mise en forme ne permet pas sa visualisation ! (Sans compter la légende de l’axe vertical, qui pose désormais quelque souci !) :

Il s’agit donc de commencer par attribuer à la série « chiffre d’affaire » un axe autonome. Pour cela, il suffit de :

  1. Sélectionner la série « chiffre d’affaire »
    1. Soit en cliquant dessus avec le bouton droit de la souris, puis en choisissant Mettre en forme une série de données dans le menu contextuel qui s’affiche :

  1. Soit en sélectionnant la série « chiffre d’affaire » dans le menu déroulant du groupe Sélection active de l’onglet Disposition (menu contextuel Outils de graphique), puis en cliquant sur Mise en forme de la sélection dans le même groupe :

  1. Quelle que soit la méthode de sélection utilisée, une boîte de dialogue s’affiche alors. Choisir de tracer la série avec un Axe secondaire :

  1. Ainsi que le montre l’aperçu, le chiffre d’affaire mensuel dispose désormais de son axe, mais sa représentation graphique est toujours une courbe.

Pour changer cette représentation, il faut (tout en gardant la série sélectionnée bien sûr), retourner dans l’onglet Création et cliquer sur Modifier le type de graphique :

  1. Là, dans la boîte de dialogue qui s’ouvre alors, choisir « Histogramme » pour une représentation en colonnes simples du chiffre d’affaire mensuel :

  1. Cliquez sur OK. L’aperçu se met à jour, et la représentation graphique du chiffre d’affaire est désormais bien un histogramme :

  1. Il ne reste plus qu’à améliorer l’aspect du graphique, afin de le rendre plus clair et compréhensible !

« Ce dessin m’a pris cinq minutes, mais j’ai mis soixante ans pour y arriver. » (Pierre-Auguste Renoir)


Consulter tous les articles de Madame Trouvetout